Elle n'était pas inscrite au LOF, n'était ni vaccinée ni tatouée, avait les oreilles longues et surtout n'était absolument pas sociabilisée !! Elle avait peur de tout, des gens, du bruit... ce fut un véritable calvaire pendant des mois pour l'habituer à la ville, mais à force de persévérance, à un an, elle était presque parfaite, si ce n'est la peur de l'orage et des coups de feu, qu'elle garda toute sa vie.Cawa a vécu 15 ans à mes côtés, et grâce à elle, j'ai découvert cette race exceptionnelle qu'est le beauceron.En 1991, j'ai eu envie d'avoir une autre beauceronne, mais cette fois je voulais qu'elle soit arlequine. Je l'ai choisie dans un élevage car je voulais faire des expositions canines : Goldwind est arrivée à la maison.

Ma première beauceronne est arrivée un peu par hasard en 1987...un jour, sur un marché, j'ai croisé une dame qui avait un chiot beauceron dans les bras. J'ai craqué sur ce petit bout noir et feu et deux jours après, je suis allée chez elle chercher Cawa.

Fin 1992, c'est Hanoï qui a agrandi la famille et qui plus tard a donné naissance à Lutine. Toutes trois portent l'affixe de la Noé du Jardin.

En 1995, j'ai voulu agrandir encore la famille, mais avec un petit chien qui soit complémentaire avec le beauceron, un petit chien affectueux, sportif, un peu rustique. Mon choix se porta sur le cocker anglais, et Mégara arriva à la maison pour compléter la meute.

  

Mon but n'est pas d'avoir des chiots à vendre toute l'année ; j'aime mes chiens avant d'aimer l'élevage, c'est pour cela que mes chiennes ne font qu'entre 1 et 3 portées au maximum dans leur vie, jamais 2 portées de suite, ensuite, elles sont stérilisées et peuvent ainsi profiter de leur retraite avec nous.Les portées se limitent à une ou deux par an, afin de pouvoir assurer le temps nécessaire à une bonne sociabilisation des chiots.